Nombre total de pages vues

dimanche 28 juin 2009

847 - Farrah Fawcett


(Cliquez sur le bouton pour la voir la vido)

Avec ses traits séraphiques au sourire carnassier typique des mâchoires carrées, sa coiffure de flamme très américaine -à la limite de la vulgarité-, sa cervelle dans la moyenne et son corps plutôt malingre, Farrah Fawcett aura séduit tout un peuple de mâles rêveurs et "testotéronés".

Il faut cependant lui reconnaître cet authentique charme, irréel, puissant, hypnotisant qui fait oublier les fautes de goût de sa toilette yankee. Du moins, du temps de sa gloire "kératinesque" car force est d'admettre que la vieillesse fait presque toujours tourner les créatures.

Rares sont les perles qui deviennent de puants mais exquis fromages avec les ans.

Farrah Fawcett en tant qu'ex-incarnation de la Beauté, ou pour être plus exact d'une certaine beauté sophistiquée d'outre Atlantique, réarrangée selon les normes états-unisienne, a vieilli comme une soupière polonaise.

N'importe ! L'esthète pardonne tout à la Beauté.

Rendons un juste hommage à celle qui fut cette chaste, blonde, vénusiaque et pieuse Aphrodite de nos écrans.

Inhumons-la avec les égards que méritent ces propagateurs de rêves, créateurs de mirages et autres faiseurs d'étoiles qui nous invitent à lever les yeux plus haut que nos brefs et mornes horizons.

Voir toujours plus loin, appréhender l'infini, sentir ce qui nous dépasse, c'est le rôle essentiel et le pouvoir divin de la Beauté.

21 commentaires:

  1. "Rares sont les perles lactées qui deviennent de puants mais exquis fromages avec les ans."



    Parfait !

    RépondreSupprimer
  2. Esprit,

    Quelle réactivité !

    Raphaël zacarie de IZARRA

    RépondreSupprimer
  3. Et oui être lecteur sur le net ça ne s'improvise pas !

    J'ai du lire la plupart de vos écrits pour être certain.

    Et il y en avait bon nombres !

    A présent je suis alerté aux nouveautés !

    Lorsque la sonnerie Izarrienne sur mon écran retenti je sais que je me dois de me débarasser aussitôt de la tâche qu'est la lecture Izarrienne.

    RépondreSupprimer
  4. Rafounet


    "Merci aux contributeurs pour leurs excellentes interventions."

    C'est à cause de vos textounets ou grâce à eux. Ils sont régulièrement inconsistants. Le contre-poids s'impose...
    Quant à nos propos que vous qualifiez de stériles, ils sont loin de l'être.
    Je considère l'homme qui ne sait pas se détendre -principalement lorsqu'il se met en mode virtuel (entendez mode fainéant)- comme empereur des Cons.
    Ce n'est pas en se grimant d'un stress en strass, qu'il minimisera les tares de la société.
    Travaillez vos textes Tonsaigneur. Creusez-les davantage.

    Nous vous donnons matière à vous amusez. Ou, vous irritez. Servez-vous en !
    C'est le fond qui manque le moins...



    Les 3 commentaires précédents celui-ci sont stériles. Mention spéciale pour le vôtre Rafou ! Il serait pertinent de les ranger à l'emplacement qu'il leur est dû: la corbeille

    RépondreSupprimer
  5. moi Zéronimo omis de déplacer rond de fumée de homme blanc

    pour que toi, ami comprennne langage de l'apache, moi, remettre dans la plaine rond de fumée de homme visage pâle

    hache d'amour doit être visible et en premiere ligne sur le ring.

    "Merci aux contributeurs pour leurs excellentes interventions. Je souhaite que la qualité, la pertinence de leurs commentaires ne soient pas gâchées par des propos plus stériles comme cela fut le cas sur une autrre page (commentaires que j'avais dû effacer)."

    Raphaël Zacharie de IZARRA

    RépondreSupprimer
  6. Zéronimo et les blondes29 juin 2009 à 00:20

    "N'importe ! L'esthète pardonne tout à la Beauté."

    Zéronimo aussi. Où puis-je trouver scalp de FF: Farrah Fawcett ?
    Moi le pendre avec autres trophées. Je le rangerai avec celui de MM: Marilyn Monroe. Attends celui de SS: Sharon Stone

    RépondreSupprimer
  7. Zafou a trouvé la tactique pour ne pas qu'on laisse des centaines de commentaires stériles à chaque texte : il publie deux textes par jour. C'est pas du jeu Zafou, on a à peine le temps de s'installer sous un texte et de laisser une dizaine de commentaires qu'il faut tout déménager sous un autre texte. ça devient sportif ce blog !
    à savoir qui se fatiguera le premier : lui ou nous ??

    RépondreSupprimer
  8. Il me serait aisé de bloquer les commentaires soit sur tous les textes soit sur ceux de mon choix. Je me refuse évidemment de museler l'opposition izarrienne...

    Quelle grande âme cet IZARRA tout de même !

    Bon, je pars chez mon psychiatre (mon rendez-vous est à 11 heures et il est déjà 10 H 35). Amusez-vous bien sans moi. A tout à l'heure. Pas de bêtises, hein ?

    Raphaël Zacharie de IZARRA

    RépondreSupprimer
  9. Vivants

    Oui. Je comprends qu'on aille aux fêtes,
    Qu'on soit foule, qu'on brille aux yeux,
    Qu'on fasse, amis, ce que vous faites,
    Et qu'on trouve cela joyeux ;
    Mais vivre seul sous les étoiles,
    Aller et venir sous les voiles
    Du désert où nous oublions,
    Respirer l'immense atmosphère ;
    C'est âpre et triste, et je préfère
    Cette habitude des lions.

    Victor Hugo

    RépondreSupprimer
  10. Plus fou que la folie29 juin 2009 à 02:49

    "Il me serait aisé de bloquer les commentaires soit sur tous les textes soit sur ceux de mon choix."
    L'hôte de notre lieu vient de nous instruire...
    Quel saint homme ! Quelqu'un saurait-il où se trouve son auréole (pas celle qui planque sous ses ais ailes)
    "de museler l'opposition izarrienne..."
    Les grands mots, toujours les grands maux !!!

    D'après ce que je lis, je ne vois pas d'opposition izarrienne. Au contraire ! Il faudrait être maso pour squatter un palace qui empeste le renfermé. Et où la chaleur serait tare.
    Votre squat, Rap de Zac, odore bon la cour de récréation. Les enfants se montrent indomptés, mais leur cruauté est pure.

    Mais j'y songe !
    Le début de votre dernier commentaire me donne le sentiment que vous l'avez poster pour vous montrer chevaleresque. Si c'était dans le dessein de recevoir des flatteries, désolé ! mon stock est vide. Je veux bien aller voir dans l'arrière-boutique s'il en reste, mais sincèrement j'en doute. J'ai tout distribué à des morts pour moi.
    Mais dans la vie, il y a toujours un souffle d'espoir...
    Puisque vous êtes si puissant auprès de votre psy-chiant, influencez-le pour qu'il intervienne sur votre blog. Chais pas moi ! Dites-lui que vous êtes obséssionné par les faucettes de Farrah. Ou ces dents de louve. Ou sa chevelure de lionne. Alouette alouette. Ce nouveau jouet devrait plaire à votre lectorat
    Si vous réussissez cette gageure, je vous promets des louanges à nul autre pareil...

    "Quelle grande âme cet IZARRA tout de même !"
    On n'est jamais si bien servi que par soi-même...

    RépondreSupprimer
  11. On vit, on parle

    On vit, on parle, on a le ciel et les nuages
    Sur la tête ; on se plaît aux livres des vieux sages ;
    On lit Virgile et Dante ; on va joyeusement
    En voiture publique à quelque endroit charmant,
    En riant aux éclats de l'auberge et du gîte ;
    Le regard d'une femme en passant vous agite ;
    On aime, on est aimé, bonheur qui manque aux rois !
    On écoute le chant des oiseaux dans les bois
    Le matin, on s'éveille, et toute une famille
    Vous embrasse, une mère, une soeur, une fille !
    On déjeune en lisant son journal. Tout le jour
    On mêle à sa pensée espoir, travail, amour ;
    La vie arrive avec ses passions troublées ;
    On jette sa parole aux sombres assemblées ;
    Devant le but qu'on veut et le sort qui vous prend,
    On se sent faible et fort, on est petit et grand ;
    On est flot dans la foule, âme dans la tempête ;
    Tout vient et passe ; on est en deuil, on est en fête ;
    On arrive, on recule, on lutte avec effort...
    Puis, le vaste et profond silence de la mort !

    Victor de HUGO

    RépondreSupprimer
  12. Toutes les fleurs de l'automne,
    Dans mon âme résonnent;
    Au bout des branches délabrés,
    Sont pendu les doux marriés;
    Nous leur couperons les têtes,
    Quand ils iront aux fêtes;
    Nous brûlerons les mains,
    Lorsque le vent volera le pain.






    C'est insane !

    Du Rimbaud tout craché !



    Bon j'ai rendez-vous chez mon psychiatre !

    RépondreSupprimer
  13. Préavis de grève29 juin 2009 à 09:49

    "Il me serait aisé de bloquer les commentaires soit sur tous les textes soit sur ceux de mon choix. Je me refuse évidemment de museler l'opposition izarrienne..."

    Oh le menteur ! vous avez effacé tous nos commentaires sur le premier texte de Farrah. C'est plus que du muselage, c'est de l'extermination. Un véritable génocide de vos commentateurs !




    "Anonyme a dit…
    Farrah Fawcett viendras vous hanter ça c'est certain !
    21 juin 2009 13:24:00"

    C'est fait, Anonyme, elle revient tous les quatre textes. Avec tous les zombies des commentateurs exterminés... C'est la punition. La justice divine fait son oeuvre. Et nous aussi on est punis, car il va falloir se taper toutes les apparitions de Farrah Fawcett... c'est ça ou Michael Jackson de toute façon. Quant au texte sur les vacances, sitôt apparu que les vacances sont déjà finies, on n'a même pas pu en profiter, des vacances dans votre blog. Pourtant on y a droit, crotte, avec tout ce qu'on a bossé sur vos textes. Bénévolement en plus. Bourreau de commentateurs, va !

    RépondreSupprimer
  14. Fernand Raynaud29 juin 2009 à 10:27

    Bourreau de commentateurs !

    Bourreau de commentateurs !

    Izarra salaud !

    On aura ta particule !

    RépondreSupprimer
  15. IZARRA, salaud ! On aura ta peau !

    Raphaël Zacharie de IZARRA

    RépondreSupprimer
  16. Etoile,

    Non aucunement la peau


    Juste la particule: le "de", l'on va te le retiré comme dans ton pire cauchemard.

    Car l'on sait très bien que tu n'a que faire te ton épiderme et que ta particule t'est si chère.

    Donc nous les commentateurs nous en avons que faire de ta peau !

    Tiens toi prêt nous allons te départiculer en un tour de clavier.

    Bientôt tu t'appelleras Raphael IZARRA, tout court.

    Quel Horreur ! Quel supplice !

    A vous chers commentateurs masqués anonymes et autres de trouver la meilleure façon d'y parvenir.


    Peut être que le forcer à visiter ces terres barbares du pays basque... ou de lui faire boire de l'alcool izarrien jusqu'à en devenir un ogresque mangeur de porc...


    Arggh !!! j'en cauchemarde moi même d'avance, rien qu'a l'idée !



    -Ce monde étant peuplé d'imbéciles fini et de fade dindons, je tiens à préciser que tout ceci est bien évidemment dans l'objectif de déclenché le rire chez le lecteur, je n'en appel pas véritablement à l'ablation de la particule Izarrienne, les personnes subtiles auront compris d'elles même.-

    RépondreSupprimer
  17. On arrête tout de suite les bêtises.

    PAS TOUCHE A MA PARTICULE !

    Là je ne ris plus du tout.

    Tout mais pas ma particule. Supprimez mes couilles, mon AHH, mon vélo si vous voulez mais par pitié PAS MA PARTICULE.

    Vraiment je ne plaisante plus...

    Je crois que je vais fermer ce blog si vous continuez à vouloir trancher la tête de ma sainte particule.

    Je ne sacrifierai jamais ma particule. Ni pour l'honneur, ni pour une femme, ni pour le pognon.

    POUR RIEN AU MONDE.

    Vous voulez me tuer ou quoi ?

    Raphaël Zacharie de IZARRA

    RépondreSupprimer
  18. *Voilà comment terroriser les plus grands esprits, nul autre menace ne peut fonctionner hors mis celle ci.

    Mais de vous à moi peu importe que l'on lui retire le "de" ou qu'on le lui laisse.

    Le particulier sera toujours particulé en tant qu'esprit noble et sincère qu'il soit de Izarra, de Manouche, ou de Hugo.

    La vraie particule ne se porte pas dans l'ornement du nom mais dans le fond de l'âme.

    Alors à quoi bon la garder, la retirer ou l'ajouter au patronyme ?

    Le meilleur des choix est : Autant ne pas la toucher au final !


    Vous ne perdez pas le nord Raphael se couper les couilles est le meilleur moyen de ne pas se retrouver avec le dilemme de marmaille pleurnicharde et débilisante à éducquer ou à laisser en proie aux vautours de ce monde.



    Pour ma part je devrais ajouté l'AHH, un camping car autosuffisant et un porte vélo !


    Dormez tranquilles braves esprits !

    Vive les particules !



    *-Il suffirait justepour le faire fléchir de l'appeler tout simplement Raphael IZARRA , sachez vous en souvenirs commentateurs offusqués par tant de censure.-

    RépondreSupprimer
  19. De RaFou c'eSt FOu !29 juin 2009 à 23:27

    "Puisque vous êtes si puissant auprès de votre psy-chiant, influencez-le pour qu'il intervienne sur votre blog."

    Houlà ! il me suffit DE le voir en vrai. Vous ne vous rendez pas compte DE la facilité que vous avez à le fréquenter uniquement dans le virtuel. J'aimerais être à votre place, mais avec vous à la mienne. Une séance avec Rafou, c'est un concentré du virtuel DE Rafou, mais en vrai !!! croyez-moi c'est pas DE la tarte. Je mets en général une semaine pour m'en remettre, jusqu'à la séance d'après. Je n'en peux plus. Ce Rafou me rend foU, FoU.. fOu de... DE... De...dE... DE lA PaRTiCUlE !

    Annonce urgente :
    Psychiatre loser cherche psychiatre champion du monde pour grave problème DE transfert DE la particule.

    RépondreSupprimer
  20. "Psychiatre loser cherche psychiatre champion du monde pour grave problème DE transfert DE la particule."


    http://www.google.fr/search?hl=fr&rlz=1G1GGLQ_FRFR265&q=Psychiatre+au+Mans&btnG=Rechercher&meta=

    RépondreSupprimer
  21. Autant en emporte le prout1 juillet 2009 à 23:53

    Bonjour Raphaëlde

    Il serait appréciable de réactualiser la une de votre blog. De votre fascination pour Farrah Fawcett, nous en avons déjeuné, petit-déjeuné, soupé.
    Vos textounets la concernant restent difficilement digerables. Principalement lorsqu'on lit ce trucmachinchose: "Rares sont les perles lactées qui deviennent de puants mais exquis fromages avec les ans."
    Qui plus est, ils sont dangereux
    Hier, j'ai croisé Victor Hugo lors d'une séance de spiritisme. Il déprimait à mort. Il a licencié Esméralda dans l'attente de l'arrivée de Farrah Fawcett au Paradis.

    La face de la littérature risque de changer et nous vous en tiendrons pour principal responsable.


    "Voir toujours plus loin, appréhender l'infini, sentir ce qui nous dépasse, c'est le rôle essentiel et le pouvoir divin de la Beauté.
    "

    RépondreSupprimer